samedi 7 septembre 2013

Une petite histoire ...

Salut tout le monde
 
J'avais évoqué ici-même, il y a quelques temps, le cas de Madame G., ma voisine du dessous. Elle était devenue (et c'est toujours le cas) l'une des héroïnes de mes rêveries diurnes, celle qui soupçonnait le mystérieux locataire du 4ème (votre serviteur) d'être un dangereux malfrat en cavale, bien décidée à enquêter par elle-même, et "costumée" en Intrépide, évidemment. Et que je surprenais, alors, à écouter à ma porte, ou s'introduisant furtivement chez moi ...
 
Ce matin, j'ai découvert un petit mot scotché à cette même porte. Suite à un dégât des eaux, en effet, provoqué par une de mes canalisations, ma voisine du dessous me demandait très courtoisement si elle pouvait me transmettre le constat amiable, et si elle pouvait venir chez moi, pour situer précisément l'origine de la fuite.
Madame G., dans mon appart, physiquement cette fois. Cette perspective avait quelque chose d'improbable et d'excitant à la fois ... Je suis donc descendu au troisième, et c'est elle qui a ouvert la porte.  J'ai, à cet instant, découvert ce que j'espérais, ou, quelque part, redoutais ...
Elle portait en effet une sorte d'ensemble jupe-chemisier, les manches retroussées d'un très léger revers. Damn it. Madame G., telle que je l'avais réinventée, allait, réellement, se retrouver dans mon appartement ...
 
Le principe était que quelqu'un (qu'elle avait en permanence au téléphone) cogne au plafond là où l'eau avait coulée, pour qu'on puisse guider nos recherches. Pendant que je tentais, de mon côté, de garder toute ma concentration, ma voisine du dessous s'est donc retrouvée, devant moi, scrutant sous l'évier de ma cuisine, ou allant "chercher" le bruit dans ma salle de bain.
Le parallèle était saisissant. Elle semblait, littéralement, être entrain de fouiner ...
 
A la fin de notre conversation, toujours chez moi, j'ai quand même réussi à glisser qu'elle ferait une bonne enquêtrice. Son personnage venait, à cet instant, de prendre vie. Comme elle enchaîna en me disant qu'elle avait du se battre contre les bailleurs de l'immeuble, pour qu'ils effectuent certaines réparations urgentes, et que cette inondation n'était qu'une nouvelle preuve de leur négligence, je parvins à dégainer ma deuxième cartouche, en lui disant que c'était bien d'avoir, dans cet immeuble, une justicière ..
 
Elle a rigolé à chaque fois.
 
On oublie souvent que la vie, ce sont aussi ce genre de petits riens qui, finalement, font tellement de bien ...
 
Jo Jr.




- Toujours des héroïnes, jamais des victimes -



(Et toujours MAJEURES, évidemment)

Envie d'échanger autour de ce blog, d'échanger tout court, de partager une expérience ? Tu es bienvenu (e) ici : jo.jiher@yahoo.fr  
 
 
 
 
 
 
 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire